Vincent Girardin

Basse et narration

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est PIC-vincent-2019-785x1024.jpg.

Formé à l’art lyrique aux USA auprès de Heinz Rehfuss (Buffalo, NY), la basse Vincent Girardin se perfectionne à Bâle chez Kurt Widmer, Ulrich Messthaler et Michael Pavlu. Il poursuit sa formation avec Dina Grossberger à Libramont (Belgique), puis Philippe Huttenlocher à Neuchâtel.

Son travail avec les ensembles Basler Madrigalisten, Capella Concerta München ou Schweizer Kammerchor lui permet de se produire en Suisse et à l’étranger. Il incarne notamment « Mondo » (Rappresentatione di anima et di corpo  de Cavalieri), « Bullmoose » (Li’l Abner de Gene de Paul), « Porter » (H.M.S. Pinafore, de Sullivan), « Roi I »  (Offertorium magorum de Guy Bovet), ou le récitant de l’ Histoire du soldat de Stravinsky et du Roi David de Honegger.

Sous la houlette du musicologue allemand Gunther Morche, il chante des motets romains du XVIIe siècle en première écoute contemporaine (Heidelberg). Il participe à la création d’oeuvres contemporaines de Balz Trümpy, Jean-Louis Petignat ou Jürg Wyttenbach. Il travaille en outre avec des chefs tels Michael Radulescu, Michael Weiger, David Christie, Fritz Näf, Facundo Agudin, Lukas Wanner, Julien Laloux ou Mark Kölliker.

Après divers récitals consacrés à J.-S. Bach, Hugo Wolf ou René Leibowitz, il initie les soirées lecture & musique au Musée de l’Hôtel-Dieu de Porrentruy.

En 2016, il entame avec les soprani Carlyn Monnin et Camille Chappuis et le pianiste Ulysse Fueter une fructueuse collaboration consacrée au répertoire bouffe et à l’œuvre de Jacques Offenbach en particulier : Let’s bouffe ! En 2018, en plus de ses activités pédagogiques, il chante le Bestiaire de Louis Durey et assure la partie lyrique (Schubert/Purcell) des Petites Victoires de l’Atelier théâtre du Lycée cantonal.

En 2019, il chante la Petite messe solennelle de Rossini avec l’ensemble Tourdion, avant de retrouver les bouffonneries originales de Let’s bouffe again ! jouées à guichets fermés à l’Inter de Porrentruy.